Nos députés à la rescousse des abeilles

FOTO17Nos amies les abeilles vont retrouver leur vitalité dès 2018
Droguées aux pesticides,  elles ont perdu leurs repères et ont du mal à se faire entendre à l’assemblée nationale…

Le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, a été examiné du 15 au 17 mars à l’Assemblée nationale en deuxième lecture notamment à leur sujet.
Interdiction des pesticides néonicotinoïdes , à compter du 1er septembre 2018
Au terme de deux heures de discussion, les députés ont finalement adopté, par 30 voix contre 28, l’article 51 interdisant  les néonicotinoïdes, une famille de pesticides reconnus nocifs pour les abeilles et les insectes pollinisateurs et, plus généralement, pour l’environnement et la santé. Il faudra cependant attendre le 1er septembre 2018 pour que ce pesticide soit interdit sur l’ensemble des cultures, « y compris les semences traitées avec ces produits ».
Des solutions de substitution à trouver
L’adoption de cette loi n’a pas fait l’unanimité car certains pesticides comme le diméthoate sont essentiels à la survie d’arbres fruitiers, selon les déclarations de nombreux producteurs du Vaucluse. Le législateur a tenu compte de leur situation puisqu’il a prévu qu’un arrêté ministériel définirait, après avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), des « solutions de substitution » à ces substances.
Il est capital de trouver des remèdes alternatifs sains qui puissent protéger également nos arbres fruitiers afin d’inverser la balance et d’entrer dans un cercle vertueux. 
A ce jour, nous ne pouvons que nous réjouir d’une telle mesure qui constitue un premier pas vers la reconquête de notre biodiversité car sans abeille nous n’aurions plus ni cerise, ni pêche ni abricot.
Logo AuthentiquesEG
Service communication
Les Authentiques